A paraître

Le Yalou
Domaine : Français

Le Yalou

Paul Valéry

Parution novembre 2020

Mise en vente le 20 novembre 2020

Le texte qui justifie la publication de ce petit volume est un texte singulier, insolite, écrit par Paul Valéry, alors âgé de 25 ans, en 1896, au moment où paraît La Soirée avec Monsieur Teste. Cette courte prose, à la frontière de l’essai et du poème, est née d’un événement de 1894 — la bataille navale du Yalou au cours de laquelle la Chine fut défaite par le Japon déjà fortement occidentalisé — et de la lecture d’un essai de Lafcadio Hearn, « The Japanese Smile », que Valéry cite en épigraphe de ces pages. Passionné depuis longtemps par tout ce qui touche aux choses de la mer, le jeune homme voit alors son intérêt s’éveiller pour les rapports de force qui régissent les grandes puissances et agitent le monde en cette fin du xixsiècle. Dans ce choc entre la Chine et le Japon, c’est en réalité l’opposition Orient/Occident qui l’intéresse. Pour mettre en forme les réflexions que lui inspire l’essai de Hearn, Valéry imagine la rencontre en Chine, au bord de la mer, d’un narrateur occidental (qui parle à la première personne, comme s’il s’agissait de l’auteur lui-même), et d’un lettré chinois, qui lui expose les raisons pour lesquelles l’Occident aurait tort de voir dans cette défaite appa- rente de la Chine une preuve de sa propre supériorité sur l’Orient, bien au contraire. Dans les pages d’« Orient et Occident » qui complètent ce volume, Valéry reprend, un quart de siècle plus tard, cette idée d’une opposition entre la société occidentale, soumise à la loi de l’accélération, et la Chine, dont l’apparente inertie dissimule quelque chose de plus puissant que la « maladie d’inventions » des Occidentaux. Mais ce qui fait la richesse et le charme particulier du texte de jeunesse, c’est qu’il s’agit aussi d’une sorte de poème en prose. Écrit dans un style « à demi abstrait, à demi impressionniste », on peut le lire comme un « Monsieur Teste en Chine » et voir en filigrane, derrière l’éloge du lettré chinois, celui de son maître Mallarmé, cet être « qui eut les plus grands dons pour n’en rien faire » sinon les explosions d’étoiles de ses poèmes, à l’instar de la Chine qui a « inventé la poudre, pour brandir, le soir, des fusées. » Plus proche des « Notes sur la grandeur et la décadence de l’Europe » et de « La Crise de l’esprit », « Orient et Occident » développe la même idée dans une autre direction, combien plus actuelle, en s’inquiétant de ce que pourra être le nouvel équilibre du monde, dès lors que les Chinois auront été tirés de leur sommeil.

Davantage qu’une préface, l’essai introductif de Florence de Lussy, d’une grande richesse d’érudition et de finesse interprétative, nous aide à entendre toutes les implications de ces quelques pages peu connues de Valéry.
Son édition est complétée en annexe par une « Vie extraordinaire de Tcheng Cheng », l’ami chinois de Valéry, auteur du livre auquel « Orient et Occident » avait servi de préface et par une traduction des pages tirées de l’essai de Lafcadio Hearn, que Valéry avait lues dans un numéro de mai 1893 de la revue 
Atlantic Monthly.

Florence de Lussy est conservateur général honoraire au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Elle fut le maître d’œuvre de la publication des Œuvres complètes de Simone Weil aux édi- tions Gallimard pour les dix premiers volumes, et du choix d’Œuvres du même auteur paru dans la collection « Quarto ». On lui doit également de précieuses études sur les manuscrits de Paul Valéry.

Les Ailes de la colombe
Domaine : Anglais

Les Ailes de la colombe

Henry James

Parution novembre 2020

Mise en vente : 20 novembre 2020

Cette nouvelle traduction des Ailes de la colombe, après celle des Ambassadeurs (Le Bruit du temps, 2010) et de La Coupe d’or (Le Seuil, 2013) complète et achève la trilogie des grands romans de la dernière période de Henry James enfin retraduits par Jean Pavans. Dans la préface qu’il rédige pour l’édition dite de New York de ses œuvres, sept ans après la parution du livre en 1902, James déclare : « je ne peux guère me souvenir d’une époque où la situation sur laquelle repose principalement cette fiction longuement développée n’a pas été vivement présente en moi. L’idée, réduite à son essence, est celle d’une jeune personne consciente de posséder une grande capacité de vivre, mais précocement frappée et condamnée, condamnée à mourir après un court répit, alors qu’elle est amoureuse du monde ; en étant de plus au courant de cette condamnation et en désirant passionnément “éprouver” avant sa disparition autant de fines vibrations que possible, pour obtenir ainsi, même brièvement et sporadiquement, le sentiment d’avoir vécu. » Dans ses carnets, James est plus explicite : ce sentiment d’avoir vécu, « ne peut-être bien entendu que la possibilité d’aimer et d’être aimée ». Dans cette nouvelle variation sur un thème qui l’a obsédé toute sa vie (l’écrivain n’est-il pas par essence condamné à manquer sa vie, étant condamné à ne la vivre qu’à travers les livres), l’innocente colombe (Milly, une riche héri- tière) triomphera du sordide complot ourdi contre elle par un couple d’amants désargentés. Densher, le jeune homme qui devait la séduire pour s’emparer de sa fortune, sera converti à l’amour véritable, il préférera la mémoire de la morte à la présence de Kate, son amante. Ce que Les Ailes de la colombe mettent en scène, écrit Mona Ozouf, c’est « la victoire du sentiment amoureux sur l’artifice », du « sentiment désintéressé sur le monde de la transaction » mais surtout la victoire « de l’invisible sur le visible ». « Les semaines que passe Densher à Venise, en tête à tête avec Milly, merveilleusement décrites ou plutôt suggérées par James comme suspendues hors de toute réalité, hors du temps, hors de tout mensonge avéré, mais aussi de toute vérité offerte, sont dans le roman comme une parenthèse utopique ». Comme le dit Densher lui- même, il se passe, entre Milly et lui, « quelque chose de trop beau pour être décrit ».

LA TRADUCTION

Le roman avait été traduit par Marie Tadié pour les éditions Robert Laffont en 1953. Mais cette première traduction, dès la première page, comme l’avait analysé Jean Pavans en 1993 déjà, « se dérobait à la phrase telle qu’elle se présente » en ne respectant pas son rythme, son agencement propre. Or, « ce qui est frappant dans le style si particulier de Henry James, c’est que la phrase achoppe rare- ment aux mots, que les mots semblent toujours pris dans le mouvement de la phrase, de sorte que le traducteur, toutes autres difficultés mises à part, et elles sont célèbres et réelles, trouve toute naturelle la transposition, et obtient aisément, par la simple fidélité, des phrases qui paraissent obéir aux idiosyncrasies de la langue française. » Ainsi, cette nouvelle traduction peut-elle donner le sentiment de retrouver enfin dans notre langue la voix même du grand romancier.

Traité des sirènes suivi de Musiques du nom

Traité des sirènes suivi de Musiques du nom

Philippe Beck

Parution novembre 2020

Mise en vente : 20 novembre 2020

« Le Chant des Sirènes attire et inquiète les hommes depuis long- temps, comme s’il mariait étrangement la Berceuse, le charme qui endort périlleusement, et le Clairon, la puissance du réveil nécessaire pour échapper au péril. Mais ce Chant est un Discours, et d’abord celui du poème d’Homère, et sa mélodie vivante et mortelle est la musique d’une promesse de savoir. Tout se passe comme si la musique conservait en sa force irrésistible et insuffisante exactement l’ambiguïté du Chant des Sirènes : tantôt elle affaiblit et apaise celui qui en subit l’effet, lui promettant l’irrespirable cohérence du Savoir Absolu, tantôt elle le renforce et le relance dans la vie qui cherche son rythme et son sens pour ne pas en finir. Le langage même, qui occulte et rappelle les séductions de sa forme pleine de signification, est ce poème chanté où les noms contractent déjà le rêve ambigu d’un son où naîtrait le sens qui se dérobe. Chaque fois que nous parlons (énonçant, nommant) et écoutons, nous rejouons la scène du Chant XII de l’Odyssée : nous nous confions aux promesses des sons que l’humanité a organisés en langues et en musiques, sans jamais savoir pourquoi elles n’en finissent pas d’attirer et de nous engager à ne pas nous y abandonner. »

page11image3793152

En 1959 Maurice Blanchot avait placé en ouverture de son Livre à venir un très beau texte où il lisait le mythe conté dans l’Odyssée comme une allégorie du destin de la littérature. Philippe Beck poursuit, d’une tout autre manière, en l’approfondissant, cette réflexion sur le chant des sirènes, s’interrogeant sur ce qui est au cœur du mystère de la musique et de la poésie. Le miracle, ici, c’est que sa prose, à la fois lumineuse et obscure, parsemée de magnifiques citations-cigales de Jean-Paul Richter, de Nietzsche, de John Donne... — un peu comme dans les symphonies de Mahler où surgissent des échos de Beethoven de Schubert ou de Chants populaires —, reste toujours à l’image de son sujet, séduisante et profonde comme la musique « savante ». Ces 46 « Dignités », ainsi que les textes plus brefs de Musique du nom, sont autant de poèmes en prose, autant de « variations symphoniques ».

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter. Vous recevrez par la suite nos nouveautés et informations.